Adele réagit sur son passage à Glastonbury : “Un des meilleurs moments de ma vie !”

3 ans après son passage au festival de Glastonbury, que vous pouvez toujours voir sur notre site, Adele témoigne sur sa venue à l’occasion des 50 ans du festival qui ont eu lieu cette année.

“Glastonbury fait partie de ces moments que je ne pourrais jamais oublier”


Pour fêter les 50 ans du festival, Michael Eavis, créateur du festival, et Emily Eavis, fille de Michael et co-organisatrice, ont écrit le livre Glastonbury 50 disponible à l’achat sur le site Amazon.co.uk. Ce livre est un recueil des témoignages des personnalités qui se sont produites sur la scène. Et pour l’année 2016, la tête d’affiche est Adele.

Témoignage d’Adele

“Glastonbury for me – like many other people, I’m sure – isn’t just a festival. Some of the most defining moments of my life have happened there, on every level. My happiest, wildest, fondest, weirdest, saddest, never-felt-better, lonely and enlightening moments. But one thing that I’ve never – ever felt there, is lost!

Plus, on top of all that range of emotions and the genuine pivotal experiences that I’ve had there, there’s the music. The smallest discoveries that you never hear of again; the squeezed and sweaty sets; the moment when you’re one of a hundred thousand people just belting out a song at the top of your lungs; the perfect gentle serenade to the biggest hangover in a tiny, quiet field while you’re stinking of bonfire, but it’s the most comforting smell in the world. I feel like I’ve seen everyone I love or have ended up loving play Glastonbury at some point.

It’s like the minute I see foot on Worthy Farm I fell this mad energy and connection to the place and everyone there. I definitely don’t have the ability or stamina to handle going annually any more. But when I do, I still feelt it. I feel like I could be a kid again, wandering around and constantly looking for people but not caring.

I felt it when I headlined too, the buzz and calmness of knowing I was somewhere I knew. It made me feel save and in good hands to face my biggest musical fear. The idea of headlining festivals freks me out. So. Many. People. As nervous as I was, there was no other place I could have done it. There’s no place like Glastonbury. It was the absolute highlight of my career and one of the greatest moments of my life”

Traduction

Traduction

Glastonbury pour moi – comme beaucoup d’autres personnes, j’en suis sûre – n’est pas seulement un festival. Certains des moments les plus marquants de ma vie s’y sont produits et ce à tous les niveaux : mes moments les plus heureux, les plus sauvages, les plus affectueux, les plus étranges, les plus tristes, les meilleurs que j’ai jamais vécus, les plus solitaires et les plus lumineux. Mais une chose est sûre : je n’ai jamais ressenti la perte!

De plus, en plus de toutes ces émotions et des expériences que j’ai vécues, il y a la musique. Les plus petites découvertes et sensations que vous ressentez et dont vous n’entendez plus jamais parler ; les décors où vous êtes serrés et en sueur ; le moment où vous êtes l’une de ces cent mille personnes chantant une chanson à pleins poumons ; vous vivez de multiples sensations : de la sérénade douce et parfaite à la plus grosse gueule de bois dans un petit champ tranquille pendant que vous sentez le feu de joie, c’est clairement l’odeur la plus réconfortante du monde. J’ai l’impression d’avoir vu tous ceux que j’aime ou que j’ai eu aimé jouer à Glastonbury à un moment donné.

C’est comme si à la minute où je voyais un pied sur Worthy Farm [lieu du festival], je sentais cette énergie incroyable et ce lien avec la scène et le public. Je n’ai certainement plus la capacité ou l’endurance nécessaire pour y aller chaque année. Mais quand je le fais, je le ressens encore. J’ai l’impression que je pourrais redevenir un enfant, errant et cherchant constamment des gens sans me soucier de quoi que ce soit.

Je le sentais aussi quand j’étais en tête d’affiche, à la fois l’excitation et le calme de savoir que j’étais quelque part que je connaissais. Cela m’a permis de me sentir en sécurité et entre de bonnes mains pour affronter ma plus grande peur [monter sur scène. Adele a toujours eu le trac]. L’idée d’être la tête d’affiche des festivals me fait terriblement flipper. Vraiment. Beaucoup. De gens. Bien que nerveuse, il n’y avait pas d’autre endroit où j’aurais pu le faire. Il n’y a pas d’autres endroits comme Glastonbury. C’était le point culminant absolu de ma carrière et l’un des plus grands moments de ma vie.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.